Running et grossesse : est-ce compatible ?

femme enceinte

Quand on est adepte de la course, on a du mal à l’interrompre pendant des semaines ou des mois. Cependant, pendant la grossesse, on se demande si c’est raisonnable de continuer la course. On sait tous qu’une femme enceinte est fragile et le risque de fausse couche n’est jamais loin. Il vous guette à la moindre contrariété physique ou morale. Mais est-ce que cette inquiétude est fondée, concernant la course à pied ?

Courir et enceinte, ce n’est pas interdit

Contrairement aux idées reçues, courir n’augmente pas les risques de fausse couche. Au contraire, la course est une bonne chose pour votre santé et celle de votre bébé. Cependant, elle est réservée aux femmes qui ont déjà pratiqué le running. Et même, si elle est une coureuse, ce n’est pas possible s’il y a une contre-indication médicale.

Malgré cela, une femme enceinte doit respecter quelques consignes lors de son running. Il reste un sport à risque au premier trimestre de la grossesse. S’il provoque des douleurs au bas ventre, ce n’est pas une bonne chose pour votre bébé.

Si vous continuez votre sport favori malgré votre grossesse, restez vigilante. À la moindre douleur au ventre, arrêtez immédiatement. Par ailleurs, la marche rapide est une meilleure alternative à la course à pied.

Courir sans risque pendant la grossesse

Le running peut être pratiqué par une femme enceinte, mais avec quelques précautions pour éviter tout problème. Tout au long de votre grossesse, restez en contact permanent avec votre médecin. Au moindre doute, n’hésitez pas à lui demander conseil. Même si courir est bien pour votre état, il faut savoir choisir son moment. Courir pendant un temps chaud et humide est déconseillé. Privilégiez le matin ou le soir pendant lequel le temps est plus clément.

Votre corps subit de nombreuses transformations pendant la grossesse. Vous aurez plus chaud que d’habitude et vous vous fatiguerez plus vite. Dans ce cas, diminuez votre vitesse et votre trajet pour ne pas malmener votre corps. Favorisez les chemins en terre battue. Ils agissent moins sur vos articulations. Le mieux est de chercher un parcours proche de chez vous pour pouvoir rentrer rapidement en cas de fatigue.

Savoir s’arrêter quand il faut

Il est déconseillé de commencer la course à pied au moment d’une grossesse. Votre corps n’étant pas habitué à autant d’effort, il peut réagir en provoquant des saignements, une ouverture de col ou une fausse couche. Si au contraire, vous courez déjà avant votre grossesse, il est conseillé de réduire son intensité.

La course à pied est certes une bonne chose pour votre système cardio-respiratoire et votre circulation sanguine et celle de votre bébé, cependant, elle n’est pas obligatoire. En cas de saignement, un signe de placenta prævia, des fuites de liquide amniotique, etc., vous devrez arrêter immédiatement la course. Mais surtout, consultez sans attendre votre gynécologue.

En revanche, si votre médecin ne trouve aucun signe de problème, vous pouvez continuer à courir tant que vous avez le courage de le faire. En d’autres termes, vous pouvez courir jusqu’à la veille de votre accouchement. C’est même un bon moyen pour faciliter votre accouchement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.